mardi 24 avril 2018

BROEKHUIS, KELLER & SCHONWALDER: Yellow (2017)

“That's got to be one of the best album from start to end of BK&S since a pretty long time”

1 Yellow Stone 18:52
2 Yellow Sun 14:26
3 Yellow Train 12:53
4 Yellow Cab 14:21
5 Yellow and Purple 10:56

Manikin ‎– MRCD 7106 (CD/DDL 71:30)
(Berlin School)
====================================
  **Chronique en français plus bas**
====================================

For “Yellow”, the famous trio gets back to base. Thus it's without Raughi Ebert and Thomas Kagerman that Bas Broekhuis, Detlef Keller & Mario Schönwälder presents us a 25th album (with or without Bas Broekhuis) and a 6th one on the theme of the colors which began with Noir in 2003. About 15 years farther, we can say that the sound of the Berlin trio has constantly evolve, for the pleasure of our ears and also to follow the evolution of the instruments of MÉ developed by Manikin, while the compositions always remain wrapped in this hopping and spasmodic minimalist cocoon which serves to decorate an EM with the most beautiful sound assets from the Manikin house. Wrapped well in a 6 panel digipack artwork, “Yellow” is undoubtedly the album which has the most impact to date in this series about colors. BK&S doesn't deny at all the essence of their inspirations by offering to his fans a great palette of synths' colors which awaken Tangerine Dream's memories of the 74-77 years and way beyond. It's with an absolute charm that I savored the 71 minutes of this album, as in the nice time where I discovered the wonderful The Annazaal Tapes.
It's in the vapors of an orchestra which tunes its strings behind a foggy pond that begins "Yellow Stone". Covered with intriguing motives, the introduction gets free of its glaucous atmospheres influence to jump into the train of a sequencer which skips together with a line of bass. The twinning of its two elements structures a delicious chaotic rhythm of which the minimalist approach will gather all the rhythmic fineries on its passage. This rhythm, which seems to me like a train without passion, skips by tuning the harmonious motives which get free from the synths with its pace. This is the way the color palette throws jets of iodized mist and poignant layers while the jingles of Bas Broekhuis remind us that he is not too far in the decor. The pulsations of bass become more intense, they will make vibrate your walls as the rhythm of "Yellow Stone" will reach its full power, while the synth layers throw chloroformed jets. Our senses in state of hypnosis notice this line of mislaid sequences which flicker without desire while the layers intensify their hold on our senses. The percussions got to get more and more active. And "Yellow Stone" gets more and more intense with synth layers and chthonian choirs which make a call to time with its flavors of another famous German trio; the one of Franke, Froese & Baumann. The velocity reaches, the movement is more powerful than lively with an arsenal of tones and effects which are doing rodeo on a structure which kept all its minimalist envelope for its last 12 minutes. This pattern of minimalist evolution, including the overture and the finale, is the backbone of the 5 tracks of this very good contemporary Berlin School album which espouses marvelously its new elements with those of yesterday. After a multicolored introduction of ambient effects, "Yellow Sun" develops in a structure which sticks to the clanic and especially ethereal rhythms of the Repelen series. The work of Bas Broekhuis is simply delicious on a structure where the Music of the World exploits marvelously the many languishing synth solos.
Many noises, a nice palette of tonal colors and beaming synths perfume the hopping structure of "Yellow Train". Set up on a structure which is similar to an astral train hidden in the subtlety, the title releases itself from its introduction filled of electronic noises which are near the tones of arcade games with a line of sequences running like millipedes frightened by arpeggios which stretch their musicality with big footsteps which try to crush them. The strange noises, the liveliness of the millipedes' jingles and the slow motion of the strides draw a sound contrast which fills our ears with delight. Three minutes farther, the hopping rhythm unique to the signature BK&S swiftly gambols in a sound plain where solos stream like clouds over a turbulence of tonal elements. A piano weaves a melody stolen from these elements, while the minimalist envelope of the quiet rhythm spreads its capers and its cascades under some always languishing synth solos. Now, I wrote above about the Tangerine Dream's influences in this “Yellow”! And "Yellow Cab" is not ashamed of spreading them. A pure remake and remix of Betrayal (Sorcerer Theme), "Yellow Cab" is also a pure delight for the ears of those fans of this soundtrack with a musical vision which doesn't distort at all the original version. It's the very opposite. The music, the harmonies, the vibes and especially the sequences and the percussions are more in-depth here. BK&S exploits totally the essences of this key title of TD's repertoire with the same vision in the solos and the harmonies of the synths which are longer and also more elaborate, a little as if the trio possessed and shared the secrets of Franke, Froese & Baumann during the recording sessions of Sorcerer. Sequences and mostly the percussions are exploited with more of mordant and demonstrate the more contemporary approach at the level of the equipment of the Manikin house. This is pure candy for the ears. In any case, mines! "Yellow and Purple" announces doubtless the next step of this series on colors from the German trio. After an introduction of ambience elements which is in the tone, the rhythm borrows a surprising tangent of dance music with an always hopping, and more spasmodic pace, surrounded with solos as much tortuous as a knot of snakes which get untie in the chthonian vapors of the synths. There is a good mixture of old Berlin School here in more contemporary essences where always roam these fragrances of Tangerine Dream. Yes! The best to date of the sound rainbow with colors as improbable as very ear-catchy from Broekhuis, Keller & Schönwälder.

Sylvain Lupari (April 24th, 2018) ****½*
synth&sequences.com
You will find this album on Manikin Bandcamp

===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
Pour “Yellow”, le célèbre trio revient à la base. C'est donc sans Raughi Ebert et Thomas Kagerman que Bas Broekhuis, Detlef Keller & Mario Schönwälder nous présente un 25ième album (avec ou sans Bas Broekhuis) et un 6ième sur la thématique des couleurs qui débutait avec Noir en 2003. Près de 15 ans plus loin, on peut dire que le son du trio Berlinois a constamment évoluer, pour le plaisir de nos oreilles et aussi afin de suivre l'évolution des instruments de MÉ développés par Manikin, alors que les compositions restent toujours enveloppées dans ce cocon minimaliste sautillant et spasmodique qui sert à orner une MÉ des plus beaux atouts soniques de la maison Manikin. Bien enveloppé dans une pochette digipack à 6 côtés, “Yellow” est sans aucun doute l'album le plus tranchant de cette série sur les couleurs. BK&S ne renie en rien l'essence de leurs inspirations en offrant à ses fans une belle palette de couleurs de synthés qui éveillent des souvenirs de Tangerine Dream des années 74 à 77. C'est avec un charme absolu que j'ai dégusté les 71 minutes de “Yellow”, comme à la belle époque où j'ai découvert le superbe The Annazaal Tapes.
C'est dans des vapeurs d'un orchestre qui accorde ses cordes derrière un étang brumeux que débute "Yellow Stone". Recouverte de motifs intrigants, l'introduction se dégage de son emprise d'ambiances glauques afin de sauter dans le train d'un séquenceur qui sautille en compagnie d'une ligne de basse. Le jumelage de ses deux éléments structure un délicieux rythme chaotique dont l'approche minimaliste colligera toutes les fineries rythmiques sur son passage. Ce rythme, qui me fait l'effet d'un train sans passion, sautille en accordant les motifs harmoniques qui se dégagent des synthés avec sa cadence. C'est ainsi que la palette de couleur jette des jets de brume iodée et des nappes poignantes alors que les cliquetis de Bas Broekhuis nous rappellent qu'il n’est pas trop loin dans le décor. Les pulsations de basse deviennent plus intenses, elles feront vibrer vos murs à mesure que le rythme de "Yellow Stone" atteindra sa pleine puissance, alors que les nappes de synthé lancent des jets chloroformés. Nos sens en état d'hypnose remarquent cette ligne de séquences égarées qui papillonnent sans envie alors que les nappes intensifient leurs emprises sur nos sens. Les percussions deviennent de plus en plus actives. Et "Yellow Stone" devient de plus en plus intense avec des nappes de synthé et de chœurs chtoniens qui logent un appel au temps avec ses parfums d'un autre célèbre trio Allemand; celui de Franke, Froese & Baumann. La vélocité atteint, la structure est plus puissante que vive avec un arsenal de tons et d'effets qui font du rodéo sur une structure qui a gardé toute son enveloppe minimaliste depuis ses 12 dernières minutes. Ce pattern d'évolution minimaliste, incluant ouverture et finale, est l'ossature des 5 titres de cet album de bon Berlin School contemporain qui marie à merveille ses nouveaux éléments avec ceux d'hier. Après une introduction bariolée d'effets d'ambiances, "Yellow Sun" se développe dans une structure qui se colle aux rythmes claniques et surtout éthérés de la série Repelen. Le travail de Bas Broekhuis est tout simplement exquis sur une structure où la Musique du Monde exploite à merveille les langoureux solos de synthé.
Beaucoup de bruits, une belle palette de couleurs tonales et des synthés illuminés parfument la structure sautillante de "Yellow Train". Érigé sur une structure qui s'apparente à un train astral camouflé dans la subtilité, le titre se libère de son introduction bourrée de bruits électroniques qui sont près des tonalités de jeux d'arcades avec une ligne de séquences courant comme des iules effrayés par des arpèges qui étirent leur musicalité avec des grandes enjambées qui cherchent à les écraser. Les bruits bizarres, la vivacité des cliquetis des iules et le ralenti des foulées dessinent un contraste sonore qui remplit nos oreilles de charme. Trois minutes plus loin, le rythme sautillant unique à la signature BK&S gambade vivement dans une plaine sonique où les solos affluent comme des nuages sur une turbulence d'éléments tonals. Un piano tisse une mélodie dérobée à ces éléments, alors que l'enveloppe minimaliste du rythme tranquille étend ses cabrioles et ses cascades sous des solos toujours langoureux. Je vous parlais des influences de Tangerine Dream dans ce “Yellow” et "Yellow Cab" ne se gêne pas pour les étaler. Un pur remake et remix de Betrayal (Sorcerer Theme), "Yellow Cab" est aussi un pur délice pour les oreilles des amateurs de cette trame sonore avec une approche qui ne dénature en rien la version originale. C'est tout le contraire. La musique, les harmonies, les ambiances et surtout les séquences et les percussions sont ici plus approfondies. BK&S exploite à fond les essences de ce titre phare du répertoire de Tangerine Dream avec une même vision dans les solos et les harmonies des synthés qui sont plus longs et aussi plus élaborés, un peu comme s'il possédaient et partageaient les secrets de Franke, Froese & Baumann lors des sessions d'enregistrements de Sorcerer. Les séquences et surtout les percussions sont exploitées avec plus de mordant et démontrent l'approche plus contemporaine au niveau des équipements de la maison Manikin. Du bonbon pour les oreilles. En tout cas, les miennes! "Yellow and Purple" annonce sans doute la prochaine étape de cette série sur les couleurs du trio Allemand. Après une introduction d'ambiances dans le ton, le rythme emprunte une surprenante tangente de musique de danse avec un débit toujours sautillant, et plus spasmodique, entouré de solos aussi tortueux qu'un nœud de serpents qui se dévrillent dans des vapeurs de synthé chtoniennes. Il y a un bon mélange de vieux Berlin School à des essences plus contemporaines où rôdent toujours ces parfums de Tangerine Dream. Oui! Le meilleur à date de l'arc-en-ciel sonique aux couleurs aussi improbables que très séduisantes de Broekhuis, Keller & Schönwälder.

Sylvain Lupari (23/04/18)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire