dimanche 12 novembre 2017

JOHAN TRONESTAM: Luther (2017)

“Luther is yet another excellent album of Johan Tronestam who never stop to amaze which will please undoubtedly the fans of Michael Garrison and Jean-Michel Jarre”
1 Chosen 8:12
2 Bad Feelings 8:42
3 To Rome 7:48
4 Come Closer 8:32
5 Conflict 7:16
6 Excommunicated 12:46
7 The Liberation 7:30
8 Legacy 7:42

SynGate | CD-rJT05 (CD-r/DDL 68:00)
(French School Cosmic Rock)
I'm listening on a loop this “Luther” since almost one week now and I’m still amaze by the quality of the compositions and the structures of rhythms of this last opus of the Swedish musician. Introduced on the life of the Augustin monk Martin Luther, Johan Tronestam did an in-depth piece of research on the one who established the bases of the Protestant reformation which was adopted by the Lutheran Churches and by ricochet, and in its major principles, by the other Protestant Churches. Set apart the idea behind the music, which actually gets cover at some places of a pastoral veil with layers of ethereal voices and with some esoteric passages, Johan Tronestam hasn't reform at all his approach. “Luther” is built on catchy rhythms. The sequencer and the electronic percussions live very well together while the decoration always remains closer to celestial bodies that of the Earth. The cosmic ambiences of the French School dominate, moreover the sonic prose is not far from the romantic fragrances of France, whereas the synths sculpture sound pleasures which are truly the first symbols of EM.
A series of bass sequences shapes a sort of Amerindian tribal dance of which the hypnotic approach waddles under rumblings of a sky on the edge of the explosion.
Johan Tronestam gives the kick-off to his last opus with a structure built on the vitality of his sequencer. A shadow of the beat gets loose slowly from the primary movement of "Chosen" in order to dance on another pace. Already this subdivision of the rhythm excites my sense of hearing that the synth illuminates the ambiences with melancholic laments. Thunders still rumble when the rhythm spreads its tentacles with two lines of akin sequences and another which changes the dynamic with an organic approach as well as percussions in mode; bombard me a tiny techno for zombies. A bass line adds more fluidity to the rhythm that Tronestam seasons with attractive electronic effects, layers of voices and synth solos of more harmonious than acrobatic. And our neck rolling on this lively rhythmic pattern, "Chosen" enhances its seduction with a good harmonious approach which finds its place in its 2nd half. One finds on this track all the ingredients and the approaches which connect to the 60 other minutes of “Luther”, making of it a very good album of spacey electronic rock. "Bad Feelings" begins its onset towards our ears with an introduction knotted around the mystery. But this series of fascinating panting is short-lived because the ambiences are fading away when a lively structure of rhythm spits a good electronic rock. This is a very lively beat interweaved around spasmodic jerks and supported by other electronic percussions, without ornaments, as well as voracious keyboard keys where our hips roll faster than the neck. Besides of its cosmic effects, the synth is very good with its outfit of creative solos which float, sing and make ethereal twists. "To Rome" shows another Johan Tronestam's facet with the use of a vocoder. The rhythm is furtive, almost dramatic and intense, in its static spiral which turns between the 4th and the 5th minute into a cosmic mid-tempo with sequences and more active percussions. And as usual in the Tronestam style, the synth crowns this rhythmic ascent with other good solos. After its very cinematographic introduction, where stroll others very good synth solos which pushes the whole thing with an octave higher, "Come Closer" rushes towards our ears with a cosmic rhythm structured on fluid sequences and effects which belong more to the signature Tronestam than that of Jean-Michel Jarre. It's a very good staging for the synth which doesn't stop to amaze my ears with very good harmonious solos. "Conflict" possesses all the ingredients necessary for a hit which would play in loops on any FM radio, like those hits from Jarre in his era of Oxygene to Rendezvous. The rhythm is animated by a nice meshing of sequences and seductive percussive effects. Voices murmur in the background and even sing a melody which hooks on the first listening while the cosmic effects and the harmonies of the synth suit very well to the pace. Solos? Effective and in the note! A very good piece of music. "Excommunicated" fits great to the idea behind its title with a somber and very esoteric introduction. A slow rhythm extricates itself from these ambiences a little after the point of 2 minutes. It adopts a soft romantic phase with a kind of smooth ride in the world of sequences and synthesizers and a crescendo which is carefully smothered by good electronic effects and a synth to the melancholic melody. "The Liberation" is certainly the 2nd hit of this album. The rhythm is slow and of an attractive languor which incites us to the dance. Always so skillful in the art to create melodies for which we whistle easily, Johan Tronestam reaches a level of excellence with this one which is as much catchy than the pace of the music. Brilliant! "Legacy" concludes this Johan Tronestam's excellent album with a slow beat, like another soft ride but this time without greater swiftness, where effects and cosmic mists dominate in a sonic decoration which equals that of the opening track.
Luther” is another Johan Tronestam's strong opus which will please undoubtedly the fans of Michael Garrison and Jean-Michel Jarre for the cosmic perfumes. But the rhythms and the solos! They are delicious from A to Z with this touch, in particular at the level of the rhythmic design where everything is alike but nothing is similar, unique to Johan Tronestam. And if the Swedish musician was around the EM scene at the same time than of Jarre and Garrison, one would speak about him today like we speak about them at the moment. To put on your buying list…
Sylvain Lupari (November 12th, 2017) ****½*
You will find this album on
SynGate Bandcamp

_____________________________________________________________________________________
CHRONIQUE en FRANÇAIS
_____________________________________________________________________________________
J'écoute ce “Luther” en boucle depuis près d'une semaine maintenant et je n'en reviens toujours pas de la qualité des compositions et des structures de rythmes de ce dernier opus du musicien suédois. Initié sur la vie du moine augustin Martin Luther, Johan Tronestam a fait un travail de recherche en profondeur sur celui qui a fondé les bases de la Réforme protestante qui fut adoptée par les Églises luthériennes et par ricochet, et dans ses grands principes, par les autres Églises protestantes. Mise à part l'idée derrière la musique, qui effectivement se couvre par endroits d'un voile pastoral avec des nappes de voix éthérées et des passages ésotériques, Johan Tronestam ne réforme en rien son approche. “Luther” est construit sur des rythmes accrocheurs. Le séquenceur et les percussions électroniques vivent bien ensemble alors que le décor reste toujours plus près des astres que de la Terre. Les ambiances cosmiques de la French School dominent, d'ailleurs la prose sonique n'est pas bien loin des fragrances romanesques de la France, tandis que les synthés sculptent des plaisirs soniques qui sont les premiers symboles de la MÉ.
Une série de basses séquences moulent un genre de danse tribale amérindienne dont l'approche hypnotique se dandine sous des grondements d'un ciel sur le bord de l'explosion. Johan Tronestam donne le coup d'envoi à son dernier opus avec une structure construite sur la vitalité de son séquenceur. Une ombre se détache doucement du mouvement primaire de "Chosen" pour danser sur un autre tempo. Déjà cette subdivision du rythme attise l'ouïe que le synthé illumine les ambiances avec des complaintes mélancoliques. Les tonnerres roulent encore lorsque le rythme étend ses tentacules avec deux lignes de séquences contiguës et une autre qui change la donne avec une approche organique ainsi que des percussions en mode pilonne-moi un petit côté techno pour zombies. Une ligne de basse ajoute plus de fluidité au rythme que Tronestam assaisonne avec de séduisants effets électroniques, des nappes de voix et des solos de synthé plus harmoniques qu'acrobatiques. Et notre cou roulant sur cette rythmique entraînante, "Chosen" rehausse sa séduction avec une belle approche harmonieuse qui trouve sa place dans sa 2ième moitié. Nous trouvons ici tous les ingrédients et les approches qui se connectent aux 60 autres minutes de “Luther”. "Bad Feelings" débute son amorce vers nos oreilles avec une introduction nouée autour du mystère. Mais cette série de fascinants halètements est de courte durée puisque les ambiances s'évaporent lorsqu'une structure de rythme entraînante crache un bon rock électronique. Un rythme vivant tressé par des saccades spasmodiques et soutenu par d’autres percussions électroniques sans ornements ainsi que des accords de clavier voraces où les hanches roulent plus vite que le cou. Hormis les effets cosmiques, le synthé est très bon avec sa panoplie de solos créatifs qui flottent, chantent et font des torsades éthérées.
"To Rome" montre une autre facette de Johan Tronestam avec l'utilisation d'un vocodeur. Le rythme est furtif, à la limite dramatico-intense, dans sa spirale statique qui débloque entre la 4ième et la 5ième minute en un mid-tempo cosmique avec des séquences et des percussions plus vivantes. Et, fidèle à la signature Tronestam, le synthé couronne cette ascension rythmique avec d'autres bons solos. Après son introduction très cinématographique, où flânent d'autres très bons solos d'un synthé qui pousse le tout avec une octave plus haut, "Come Closer" court vers nos oreilles avec un rythme cosmique structuré sur des séquences fluides et des effets qui arborent plus la signature Tronestam que celle de Jean-Michel Jarre. C'est une très belle mise en scène pour un synthé qui ne cesse d'épater mes oreilles avec de très bons solos harmonieux. "Conflict" possède tous les ingrédients nécessaires à un hit qui passerait en boucles à la radio FM, au même niveau que les hits de Jarre aux époques Oxygène à Rendezvous. Le rythme est vivant avec un beau maillage de séquences et de bons effets percussifs. Des voix murmurent en arrière-plan et chantent même une mélodie qui accroche à la première écoute alors que les effets cosmiques et les harmonies du synthé cadrent bien avec la cadence. Les solos? Efficaces et dans la note! Un très bon titre. "Excommunicated" épouse l'idée derrière son titre avec une sombre introduction très ésotérique. Un rythme lent s'extirpe de ces ambiances un peu après la barre des 2 minutes. Il adopte une douce phase romantique avec un genre de chevauchée dans le monde des séquences et synthétiseurs et un délicat crescendo qui est soigneusement étouffé par de bons effets électroniques et un synthé à la mélodie mélancolique. "The Liberation" est certes le 2ième hit de cet album. Le rythme est lent et d'une séduisante mollesse qui nous incite à la danse. Toujours aussi habile dans l'art de créer des mélodies que l'on siffle aisément, Johan Tronestam atteint un niveau d'excellence avec celle-ci qui est aussi accrochante que le rythme de "The Liberation". Brillant! "Legacy" conclût cet excellent album de Johan Tronestam avec une rythmique lente, comme une autre douce chevauchée mais cette fois-ci sans vélocité accrue, où effets et brumes cosmiques dominent dans un décor égal à la pièce d'ouverture.
Luther” est un autre solide opus de Johan Tronestam qui plaira assurément aux fans de Michael Garrison et de Jean-Michel Jarre pour les parfums cosmiques. Mais les rythmes et les solos! Ils sont délicieux de A à Z avec cette touche unique, notamment au niveau de la conception rythmique où tout se ressemble mais rien n'est pareil, à Johan Tronestam. Et si ce musicien suédois avait été de l'époque de Jarre et de Garrison, on parlerait de lui aujourd'hui comme on parle d'eux en ce moment. À mettre dans sa liste…
Sylvain Lupari 11/11/2017


Aucun commentaire:

Publier un commentaire