samedi 17 juin 2017

WELLENFELD: Ten (2017)

“Ten is a good album which will please the fans of Wellenfeld as well as those who like a more dynamic electronic rock...but still very melodious”

Reflections 5:38
Warm Saturate 10:04
Secret Island 7:37
Ring of Saturn Part II 7:08
Lo-Fi System 7:45
Timecode 12:34
Vacuum 8:41
Nimbus 6:50

MellowJet Records ‎| cdr-wf1701 (CD/DDL 66:22) ***½
(E.Rock with strong melodic patterns and cosmic moods)
"Reflections" entails us in the universe of “Ten” with a delicious down-tempo slows down by an impressive collection of effects, of sequences and of harmonies. An expanding sound wave disgorges itself of its wooshh and of its cosmic elements, a bass pulsation and a line of sequences are crumbling their keys in unfinished stroboscopic circle. You have here 4 elements which decorate an introduction of hardly a few seconds. WElcome to the world of Wellenfeld! The bass pulse stutters under the winds of wooshh and of keyboard keys which stimulate an embryonic melody, while the percussions get in line in order to inject a hesitating structure of hip-hop with pretty good jolts. Heavy with its humming bass and its percussions which strikes us inside, but just as much mild with these sequences which sing in symbiosis with the brief harmonies of the synth while supporting the elements of rhythm with ornamental fluttering, "Reflections" is in mode charm and seduces us from the first seconds of “Ten”.
Why change a recipe that works? Without being a copy or a continuity of
Elements, “Ten”, standing for Wellenfeld 10th album, remains in the category of the good albums of electronic rock, and of electronic dance music which stuns so much the music always tends to take completely unsuspected tangents. Like "Warm Saturate" and its circular movement which makes us glide through a lively rhythm and these short passages of atmospheres which bring us near to the cosmos. Sequences are agile and the very harmonious synths while the decoration is weaved in orchestral lines. The beat does very Düsseldorf School at times and remains always in evolutionary mode without becoming dynamic. And this mixture between the music of cosmic dance, this rhythmic robotic and these few spacings under the stroboscopic reflections, like being under the intergalactic stars, gives this depth which explains the infatuation of the fans for the music of the duet Detlef Dominiczak & Andreas Braun. "Secret Island" is another title on which we hooked right away with its slow rhythm, but not too much, where sparkle these harmonious sequences of the Wellenfeld universe. Built on a sequence in two movements, the structure of rhythm can spin around, as can galloping slowly, with good sober electronic percussions and beneath the tunes of the sequences in tones of prisms and these harmonious murmurs coming from a charming mist. Everything is well measured in the universes of Detlef Dominiczak & Andreas Braun. And "Ring of Saturn Part II" proves it! Built a little on the model of "Reflections" but with a more liveliness in the rhythm, "Ring of Saturn Part II", Part One comes from the very good Trip To Illusion back in 2005, brings a very French cosmic touch with elements of Space Art around a beautiful movement of sequences which make chime the keys in leap's figure, as rhythmic as harmonic. What remains the most striking is this wealth of elements in place and at no moment we find that there is too much or it's lacking some. Showing thus a good mastering and a good mixing!
"
Lo-Fi System" is a safe bet where limp some gurgling bass sequences and other sequences which dance a kind of tap dance and which pelt on a semi-slow structure of rhythm deliciously beat up by these robot-like percussions. The harmonies are a little bit evasive and hardly communicative, but coupled to the effects and to the sequences, they become charmingly insidious. There too, I hooked up on the 1st listening! After an introduction all in astral nebulosity, "Timecode" shakes its rhythmic skeleton with a march of sequences which climbs an esoteric top. The tone of the sequences is as a reflection between black and white. But no matter, this tortuous movement becomes livened up with good spasmodic shocks which skip like the feet of a hind walking on a pond of fire. But little by little, this rhythm assembles its sequences in a more homogeneous movement underneath a veil of nice synth layers which inspire celestial tunes. Negotiating with a 3rd phase, a little more in the electronic rock kind, "Timecode" will face its 3 phases of rhythm under an avalanche of very well done solos. From a romantic ballad to a cosmic electronic rock of a delicious hypnotic slowness, "Vacuum" proposes a gentle string of sequences which conjugates harmonies and rhythms in an attractive minimalist circular movement which charms under those dense layers of voices, a recurrent element in “Ten”. "Nimbus" ends this 10th opus of Wellenfeld by a bumpy rhythmic of a Düsseldorf style where the sequences and electronic percussions skip with a good approach of lunar harmony. Always very melodious, the title evolves with an approach of progressive House and a touch of Dub which reminds me of Leftfield. Some good Wellenfeld here which won’t disappoint its fans, as well of those who like the EDM style, so much the wealth of elements and this subtle diversity in the rhythms and in the styles which never cease to crisscross themselves are making of “Ten” this kind of album which deserves to be known and to discovered again at each new listening.

Sylvain Lupari (June 16th, 2017)
http://synthsequences.blogspot.ca/
You will find this album on the MellowJet Records shop here
-CHRONIQUE EN FRANÇAIS-
"Reflections" nous entraîne dans l'univers de “Ten” avec un savoureux down-tempo alourdit par une impressionnante collecte d'effets, de séquences et d'harmonies. Une onde gonflante se dégorge de ses wooshh et de ses éléments cosmiques, une pulsation basse et une ligne de séquences émiettent ses ions en cercle stroboscopique inachevé. Vous avez là 4 éléments qui décorent une introduction d'à peine quelques secondes. Une pulsation basse bégaie sous les vents de wooshh et des accords de clavier qui stimulent une mélodie embryonnaire, alors que les percussions qui viennent insufflent une structure de hip-hop hésitante avec de bonnes secousses. Lourd avec sa basse vrombissante et ses percussions qui nous rentrent dedans, mais tout autant léger avec ces séquences qui chantent en harmonie avec les brefs airs du synthé tout en soutenant les éléments de rythme avec des papillonnements décoratifs, "Reflections" est en mode charme et nous séduit dès les premières secondes de “Ten”.
Pourquoi changer une recette qui lève? Sans être pour autant une copie de Elements, “Ten” pour le 10ième album de Wellenfeld, est dans la catégorie des beaux albums de rock électronique, et même de musique de danse électronique, qui étourdit tant la musique a toujours cette tendance à prendre des tangentes tout à fait insoupçonnées. Comme "Warm Saturate" et son mouvement circulaire qui nous fait planer à travers un rythme entraînant et ces courts passages d'ambiances qui nous amènent aux portes du cosmos. Les séquences sont agiles et les synthés très harmoniques alors que la décoration est tissée dans des lignes orchestrales. Le beat fait très Düsseldorf School par moments et reste toujours en mode évolutif sans pour autant devenir dynamique. Et ce mélange entre la musique de danse cosmique, cette rythmique robotique et ces quelques écarts sous les reflets stroboscopiques, comme sous les étoiles intergalactiques, donne cette profondeur qui explique l'entichement des amateurs pour la musique du duo Detlef Dominiczak & Andreas Braun. "Secret Island" est un autre titre qui accroche tout de go avec son rythme lent, mais pas trop, où scintillent ces séquences harmoniques de l'univers Wellenfeld. Construit sur une séquence en deux mouvements, la structure de rythme peut tourner comme galoper doucement avec de bonnes percussions électroniques sobres sous les chants de séquences aux tonalités de prismes et ces murmures harmoniques qui proviennent d'une brume enchanteresse. Tout est bien dosé dans les univers de Detlef Dominiczak & Andreas Braun. Et "Ring of Saturn Part II" en est la preuve! Un peu construit sur le modèle de "Reflections" mais avec plus de vivacité dans le rythme, "Ring of Saturn Part II", Part One provient du solide Trip To Illusion en 2005, apporte une touche cosmique très Française avec des éléments de Space Art autour d'un beau mouvement de séquences qui fait tinter divers ions dans des cabrioles tant rythmique qu’harmoniques. Ce qui frappe est la richesse des éléments en place et en aucun moment on trouve qu'il y en a trop comme il en manque.
"Lo-Fi System" est une valeur sûre où boitillent des séquences basses qui gargouillent un brin et des séquences qui dansent la claquette et mitraillent une structure semi-lente délicieusement tabassée par ces percussions rendues vivantes par un robot. Les harmonies sont un peu évasives et à peine communicatives, mais jumelées aux effets et aux séquences, elles deviennent plaisamment insidieuses. Là aussi, j'ai accroché à la 1ière écoute! Après une introduction tout en nébulosité astrale, "Timecode" secoue son ossature rythmique avec une marche de séquences qui gravit une cime ésotérique. La tonalité des séquences est comme un reflet entre le noir et le blanc. Mais peu importe, ce mouvement tortueux devient animé avec de belles secousses spasmodiques qui sautillent comme des pieds d'une biche sur un étang de feu. Mais peu à peu, ce rythme assemble ses séquences avec un mouvement plus homogène sous un voile de belles nappes qui inspirent des chants célestes. Argumentant avec une 3ième phase un peu plus dans le genre rock électronique, "Timecode" affrontera ses 3 phases de rythme sous une avalanche de solos très réussis. De ballade romantique à rock électronique cosmique d'une savoureuse lenteur hypnotique, "Vacuum" propose un agréable chapelet de séquences qui conjugue harmonies et rythmes dans un séduisant mouvement circulaire minimaliste qui charme sous de denses nappes de voix, un élément récurrent dans “Ten”."Nimbus" termine ce 10ième opus de Wellenfeld par une rythmique cahoteuse du style Düsseldorf où les séquences et percussions électroniques sautillent avec une belle approche d'harmonie lunaire. Toujours très mélodieux, le titre évolue avec une approche de House progressive et une touche de Dub qui me fait penser à Leftfield. Du bon Wellenfeld qui ne décevra pas du tout ses fans, ni les amateurs de EDM, tant la richesse des éléments et cette subtile diversité dans les rythmes et les genres qui ne cessent de se croiser font de “Ten” ce genre d'album qui mérite à être connu et découvert de nouveau à chacune de ses écoutes.

Sylvain Lupari (16/06/2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire